Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La famille

Une famille si simple et si compliquée

Avec ses secrets,

Des suceptibilités à ménager,

Des cris terribles,

Des pleurs faciles,

Des silences chargés,

Des coups portés,

Un équilibre maintenu

grace à des mots tus.

Une famille pas nombreuse

mais périlleuse.

Individus fragiles

en quête de sécurité,

Phrases habiles

Pour préserver la loyauté.

Des parents un peu enfants

et des enfants déjà trop grands !

Une famille quoi de plus fort ? quoi de plus grand ?

Écrit par Marie-Pierre | Lien permanent | Commentaires (0)

Une farce

La vie est une farce

Farce et attrape

Attrape moi si tu peux !

Et la vie file, file

et l'on court toujours espérant l'attraper.

 

La vie est une farce

C'est elle qui nous attrape

et nous avons de cesse

de nous croire plus fort qu'elle.

 

La vie est une farce

Et il fait bon en rire,

en jouer, en jouir

Elle est à mourir de rire,

à mourir de vivre.

Vive la vie !

Écrit par Marie-Pierre | Lien permanent | Commentaires (1)

Un enfant

Un enfant, innocent,

et déjà un savant,

connaisseur subtile

des choses intimes.

Petit homme déjà sage,

en apprentissage

et en expérimentation

des réalités du monde.

Détenteur de vérités,

de savoir ignorés,

de bontés sans compter.

Beau, vrai

Passage obligé

vers l'adulte éclairé.

Écrit par Marie-Pierre | Lien permanent | Commentaires (0)

Mon corps

Mon corps ,

Un palais où mon âme peut chanter,

Un temple dans lequel on peut m'honorer,

Un lieu sacré à respecter,

Un vecteur qui rend visible mon invisible.

Tu mérites toutes mes attentions

car c'est toi qui me permet d'expérimenter la vie,

de voir le ciel parsemé d'étoiles,

de sentir le parfum de la rose,

d'entendre les éclats de rire de mes enfants,

de sentir sur ma peau le frisson de la caresse,

de gouter le velouté de la pêche,

Je te sais à mon service pour me permettre de vivre et de recevoir tous les enseignements nécessaires à ma participation au fondement de l'univers.

 

Écrit par Marie-Pierre | Lien permanent | Commentaires (0)

L'estime de soi, on ne nait pas avec !

Même si le bébé participe au processus décisionnel de naissance, cette épreuve même et l'incapacité à pouvoir résister à cette vague propulsive nous place en face de notre impuissance.

Petit être dépendant, tout honteux de son immaturité, comment avoir de l'estime pour soi ?

Oui biensur, égocentré pendant quelques années mais tellement inférieur à papa et à maman !

Il va falloir beaucoup de "rassurage", d'encouragement et de valorisation, d'Amour quoi pour acquérir un peu d'estime de soi.

Et encore ce n'est pas gagné, répondant du bon vouloir des adultes, à chaque étape de vie cette estime en prend un coup !

Socialisation entraine confrontation à la référence extérieure, scolarisation égale compétition.

Puis vient l'adolescence, cette indépendance si difficile à gagner, la transformation du corps nous laisse sur le carreau (ni enfant, ni adulte!)

Biensur vient ensuite la période des amours, on profite de la fusion amoureuse pour retrouver un peu d'estime de soi, valorisé par l'autre. Mais attention, la chutte sera dure à la défusion !

Et surtout ne pas compter sur les enfants pour nous redonner confiance en nous, au maximum notre culpabilité, il faudra penser à l'estime de lui avant la notre.

Alors biensur quand on fait le bilan au milieu de notre vie, l'estime de soi il n'en reste pas lourd ( s'il y en a eu à un moment !)

Il faudra alors s'armer de courage, de patience , de persévérance pour la gagner.

Muni d'un nouveau regard, on pourra peut-être se dire qu'on fait parti d'un merveilleux TOUT où même si nous ne sommes rien, nous méritons une place.

Nous pourrons peut-être, avec beaucoup d'humilité, trouver quand même une raison de vivre qui nous rendra fier par instant.

La discontinuité du temps et l'impermanence des choses nous permettront ainsi d'instant en instant , de bribe en bribe, de toucher à notre richesse et d'acquérir quelque chose qui pourrait ressembler à l'estime de soi .

Mais attention, si cette estime n'est pas bien enracinée avant la décadence du corps il sera trop tard, la vieillesse nous attend au carrefour et il sera dur de se relever de cette déchéance du corps, de cette exclusion de la société, de cette dévalorisation que les autres, plus jeunes, plus actifs nous font bien sentir.

Ce n'est peut-être que dans le regard émerveillé de nos petits enfants qu'une petite lumière d'estime de soi est encore possible d'être grapillée, mais déjà la fin approche ! Dépendance et solitude ne nous aideront pas dans cette quête tellement humaine !

Et c'est pourtant au moment de l'ultime lâcher-prise que l'estime de soi est nécessaire pour partir en toute quiétude.

Écrit par Marie-Pierre | Lien permanent | Commentaires (1)