Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14 juillet 2016

14 juillet 2016,
Je suis le hurlement de la foule déchirant la nuit,
Je suis le silence du désespoir qui retentit.
Je suis anéantissement
Je suis terreur
Je suis horreur
Je suis effondrement.
Je suis le sang, sur le bitume répandu
Je suis l'animal en déroute, perdu.
Je suis la vie qui s'arrête
Je suis le coeur en miettes.
Je suis la souffrance qui rend fou,
Je suis la folie des hommes
Je suis la folie des cieux.
Et par dessus le monde, je suis la compassion
Je suis l'ordre établi des choses de l'évolution
Je suis la force qui pousse à vivre et à mourir.
Je suis plus forte que la volonté humaine.
Au delà de la rationalité de la science
Bien au dessus de toute croyance,
Je suis sans religion,sans coeur, sans foi ni loi.
Je fonce, j'anéantis,
Je détruis tout sur mon passage, je suis l'horreur humaine.
Je suis la face cachée de l'Homme,
Je suis la noirceur du monde.
Je suis misérable, semant la misère
Je suis une bête traquée, je fuis.
Mais je suis la détresse de la mère pleurant son fils, 
Je suis le désespoir du veuf.
Je suis la solitude de la souffrance
Je suis la solidarité dans la douleur.
Je suis cette déchirure du coeur.
Je suis l'anéantissement de ma soeur.
Je suis la détresse de mon frère.
Je suis toute la misère humaine.
Je me déverse telle une marée noire 
Sur la mer de certitudes.
Je me joue de l'innocence, je suis souffrance.
Je suis le diable et la compassion réunis sur un même lieu.
Je suis la vulnérabilité de l'Homme.
Je suis sans mots, porteuse de tous les maux,
Je suis ces maux qui laissent sans voix.

Écrit par Marie-Pierre | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

Merci Marie-Pierre pour ces tristes mots en partage.
Jocelyne

Je suis l’émoi,
Je suis l’effroi,
Réchauffe moi,
Parce-que j'ai froid.
Y'a plus de loi,
C'est quoi tout ça ???

Écrit par : jocelyne ROUDALES |

Oui mais il y a toi et il y a moi
Et tant que tu es là
Rien n'est perdu pour toi...

Écrit par : Marie-Pierre |

Les commentaires sont fermés.